Tourisme Nice

Vous êtes ici : >> Infos / Tourisme Nice>> Culture Nice >> Villa Arson

Villa Arson

villa arson

Implantée sur la colline Saint-Barthélémy, la Villa Arson est un établissement public où coexistent une école supérieure d’arts plastiques, un centre national d’art contemporain, une résidence d’artistes, et une médiathèque d'art contemporain. Trônant au milieu d’un jardin méditerranéen vaste de deux hectares, la Villa Arson offre un vaste panorama sur la ville de Nice et la Baie des Anges.

Créée en 1972, sous l’égide du Ministère de la Culture, elle traduit la volonté d’André Malraux de créer dans la région un lieu culturel ouvert aux échanges internationaux. Cette diffusion de l’art contemporain serait assurée par la présence d’artistes de renom ou en devenir.

Aujourd’hui, La Villa Arson est placée sous le signe de la recherche, et son enseignement s’articule en cinq pôles : peinture et dessin, enseignements théoriques, édition et photographie, numérique, et volume. Un enseignement au profit d’un art contemporain qui vise à faire découvrir les pratiques artistiques les plus expérimentales à un public large et diversifié.

Véritable vivier d’artistes, le centre d'art soutient ces artistes dans leurs recherches, et permet la réalisation de nouveaux projets à travers la diffusion de leurs créations. Il met en place un programme d'expositions consacrées à un ou plusieurs artistes. De nombreux espaces couvrant une surface totale de 1200 m2, permettent l'organisation de plusieurs expositions monographiques simultanées ou bien encore d'importantes expositions collectives.



Les bâtiments et le jardin


Conçus par l’architecte Michel Marot (Grand Prix de Rome en 1954), les bâtiments modernes au style brutaliste, mêlent béton et galets du Var. Ils entourent la villa ocre rougeâtre du XVIIIème siècle de la famille Arson.
Avant l’implantation des constructions modernes, le domaine disposait de jardins d’agrément réalisés sur trois terrasses successives. En construisant les bâtiments « brutalistes », Michel Marot se devait de tenir compte de certains paramètres : présence de la villa ancienne, jardin en terrasse sur trois niveaux, arbres à préserver. Aussi, il imagine une architecture complexe qui tient du labyrinthe composée de places, de ruelles, de lieux de rencontres, d'étude, de travail, de patios et jardins, de terrasses... Ainsi, la Villa Arson répond à une dynamique qui favorise le dialogue avec le paysage. L’architecte, en respectant la végétation existante, a également su intégrer les bâtiments au site naturel. À l’entrée de l’école, un jardin contemporain, Le Bosco, est caractérisé par cinq cercles gazonnés et dallés au centre desquels se trouve un arbre provenant de chaque continent.
En 1943, la maison du XVIIIème siècle est inscrite à l'inventaire des monuments historiques, et en 2000 l’ensemble bénéficie du label Patrimoine du XXe siècle.



Les œuvres ’’in situ’’



  • "Sans titre de Jacques Vieille", 1988 - dépôt du F.N.A.C.

  • "Quatre points de vue, terrasse numéro 4’’ de Felice Varini,1988 - dépôt du F.N.A.C.

  • ’’Sous le plafond (sur le sol exactement)’’ de Michel Verjux, 1988 - dépôt du F.N.A.C.

  • "Pyramid for Villa Arson’’ de Dan Graham, 1989 - dépôt de l’artiste

  • ’’Sans titre’’ de Hubert Kiecol,1990 - dépôt de l’artiste

  • "90° à l’ombre’’ de François Morellet, 1989 - dépôt de l’artiste

  • "Sans titre’’ de Jean-Luc Vilmouth, 1989 - dépôt de l’artiste.

  • "Nice’’, Nice de Maurizio Nannucci, 1990, dépôt de l’artiste

  • ’’Argens sur Decaux’’ de Bertrand Lavier, 1990 - dépôt de l’artiste

  • Le "mobilier de jardin" de Siah Armajani, 1990 - commande publique de l’État



Auteur : Bérengère©


Monuments

Vue mer : crédit photo Aseed