Vidauban (83550)

Réserver un hôtel à Vidauban :De l'hotel à prix promo aux hotels les plus luxueux de Vidauban, retrouvez notre sélection d'hotels à Vidauban et sur toute la côte d'Azur!

Voir les Hotels
bibi©

Informations Touristiques

Informations sur les villes de la Côte d'Azur Vidauban - Tourisme Var Côte d'Azur
Présentation

Petite ville du Var typiquement provençale, protégée par la chapelle Sainte-Brigitte, Vidauban jouit d’une situation géographique exceptionnelle, d’une douceur climatique et d’un bel ensoleillement. Si 25 kilomètres la séparent des côtes méditerranéennes, Vidauban s’étend dans la partie orientale de la plaine des Maures et dans la moyenne vallée de l'Argens. Cette situation et ce climat privilégiés, offrent aux visiteurs une multitude de paysages. On flânera au milieu des pins parasols, bruyères et grès rosés au Sud, et pins d’Alep et chênes verts au Nord. La commune est également traversée par deux cours d’eau : l’Argens et l’Aille.

Le territoire de Vidauban, parsemé de nombreux Domaines viticoles, produit un vin de Provence de qualité reconnue, d’appellation « A.O.C. ». A Vidauban, il fait bon vivre : le centre-ville se pare de nombreuses places aux belles fontaines, et ornées de platanes. Pour la petite anecdote, le réalisateur Yves Robert a jeté son dévolu sur Vidauban pour tourner Le Château de Ma Mère, film adapté de l’œuvre de Marcel Pagnol.



Histoire


Vidauban tire son origine du mot romain Vitis Alba, vigne blanche, une clématite que l'on trouve sur les rives de l’Argens.

On estime que les premiers signes de présence humaine sont attribués à l’Homo Erectus avec la découverte de pierres taillées de cette époque. Le dolmen de Jas de Parète atteste d’une présence humaine au milieu du 3ème millénaire avant notre ère. Les enceintes fortifiées (oppida), situées sur les hauteurs, témoignent d’une présence de l’homme à l’âge de fer.

Dans le secteur des Blaïs, des vestiges de la Voie Aurélienne, ainsi que des ruines, des inscriptions, des médailles, des céramiques et des sépultures sont autant de découvertes qui attestent d’un peuplement gallo-romain.

A la fin du premier millénaire, les Sarrasins implantés à la Garde Freinet pillaient et brûlaient les campagnes. Face à cette invasion, les habitants se repliaient temporairement sur les hauteurs. Leur vie s'est alors organisée le long de la route d'Italie bordée d'une dizaine de chapelles. C'est à cette époque que l'existence de "Castrum nomine Vite Albano" apparaît dans les chartes. C'était une possession de la famille princière des Comtes de Marseille.
Au XIIIème siècle, Vidauban devait vraisemblablement être implantée au sud, sud-est de la colline de Sainte-Brigitte dans le secteur dit "Derrière le château", détruit en 1500.

Au XIVème siècle, le site de Vidauban formait une communauté. Les habitants possédaient une grande partie des terres cultivables et leurs biens ne devaient pas être soumis à la "tasque" en grains et vins.

A la fin du Moyen-âge et de la Renaissance, l'histoire de Vidauban est très mal connue : on sait seulement que le territoire a été momentanément abandonné par sa population.
Au début du XVIème siècle, le village se déplace à nouveau en direction de la route d'Italie. L'époque des Villeneuves dure jusqu'en 1698, date à laquelle le Comte de Vintimille reçoit de Messire de Raity le fief, terre et seigneurie de Vidauban.

En 1790, avec l'application d'un décret de l'Assemblée Nationale demandant le recensement des "Biens Nationaux", c’est-à-dire les biens des Nobles, du Clergé et, à Vidauban, de l'ordre étranger de Malte, la révolution atteint la commune. C'est ainsi que débutent l'estimation, la fixation, l’évaluation et la cotisation de toutes les propriétés, droits et revenus appartenant au Seigneur, Comte de Vintimille. Le 12 frimaire An II (novembre 1793) les lots sont formés et vendus.
À la fin du XIXème siècle, Vidauban est une commune à vocation semi-industrielle, prospère notamment grâce à l’industrie du liège et des bouchons, et un nombre important de fours à poix destinés à produire la poix « navale », substance résineuse et collante.

Aujourd’hui, Vidauban est demeurée une petite ville au charme d’autrefois et authentique qui sait allier le progrès au respect de la tradition provençale.



A voir / A faire :


Outre une histoire riche en événements, Vidauban propose un large panel d’activités : balades en canoë-kayak sur l’Argens, découverte du patrimoine, ou encore promenade au cœur des rues pittoresques de la ville entre maisons anciennes et fontaines...

La Chapelle Sainte-Brigitte : bâtie en pierres des Maures au XIXème siècle, la chapelle se hisse au sommet d'un piton rocheux de 180 mètres qui porte le même nom. Elle est la gardienne du village et de ses habitants. De là haut, on jouit d’une vue grandiose sur Vidauban et la plaine des Maures.

La chapelle Saint Pons : située à 2 kilomètres du centre de Vidauban, la chapelle dédie son culte à Saint Pons, un des saints patrons de Vidauban. Saint Pons était issu d'une famille sénatoriale romaine. Converti au christianisme, il s'est illustré en distribuant ses biens aux pauvres. Il fut martyrisé au IIIe siècle à Cimiez sur les hauteurs de Nice, sa tête, d'après la légende, aurait même roulé jusqu'au Paillon.

Le Château d'Astros : le Vieux Château d'Astros a été construit par les Chevaliers de Malte en 1637, certaines parties du bâtiment datant du XIIe siècle. Le vieux château d’Astros et le "nouveau" château d’Astros, grande demeure à l’italienne, construit en 1860, a servi au tournage du film d’Yves Robert "Le château de ma mère". Aujourd’hui, le château reste un lieu viticole où l’on élabore un vin de qualité.

L’Eglise Saint Jean-Baptiste : elle fut construite en 1544 pour remplacer celle que les Templiers avaient édifiée au XIII° siècle. L’édifice fera l’objet en 1846 d’une restauration qui le mettra en l’état. Son chevet est accoté par un clocher monumental décoré, élevé en 1898, il a une forme hexagonale, coiffé d’un dôme qui sert de socle à une statue de la Vierge.

Four à poix Bois du Rouquan : La commune de Vidauban possède sur son territoire le plus grand nombre de fours à poix connus dans le Var. A cette époque Toulon mais aussi Saint Tropez qui était un port de transit très fréquenté, avait des besoins en poix « navale » très important. En effet, la poix est une substance résineuse et collante tirée du pin idéale pour le colmatage. Aussi, dans la plaine des Maures, dans la forêt du Rouquan précisément, un four à poix a été restauré dernièrement.

Mais aussi… A proximité du Bois du Rouquan le pont "romain", situé à proximité de la D48 en direction de Gonfaron, mérite un détour. La voie romaine qui l’empruntait reliait le Cannet des Maures à la Garde Freinet. La chute de l’Aille située à proximité, visible à partir du pont de la D 72, justifie également un déplacement. Une scierie, aujourd’hui en ruines, est installée à proximité. Elle utilisait la force hydraulique. Une sortie en canoë-kayak sur l'Argens : pendant l’été, possibilité de louer du matériel sur place et d'effectuer des descentes guidées sous la conduite d'un moniteur.

Auteur : Bérengère©
Infos
Mairie de Vidauban

Maire de Vidauban (canton de Le luc-en-provence) : Monsieur PIANETTI Claude.
Population de la ville : 7401 habitants.
Coordonnées :
Place Georges Clémenceau, 83550 VIDAUBAN
Tel :

Afficher le numéro de téléphone

Fax :
Afficher le numéro de téléphone

Contacter la mairie de Vidauban

Vue mer : crédit photo Aseed