Sortir sur la Côte d'Azur

Exposition Max Charvolen "Déplacements" à Nice

Partagez cet évènement sur Facebook Partagez cet évènement sur Twitter
/ /

Date : 03/05/2018 au 19/05/2018
Adresse : Galerie Depardieu >
6 rue du docteur Jacques Guidoni 06000, Nice

Tel : 0 966 890 274

Exposition Max Charvolen "Déplacements"

Exposition Max Charvolen "Déplacements" Actualité Nice

MAX CHARVOLEN
« Déplacements »
Vernissage jeudi 3 mai de 16h à 21h
Exposition jusqu'au 19 mai 2018
Entrée libre

J’ai toujours fait de la peinture en m’imposant des processus. À la fin des années soixante, mon travail consistait à investir la toile elle même : en elle même et pour elle même. J’explorais systématiquement les relations entre toile d’origine et formes découpées. L’ensemble du processus – fragmentation et réunification – devait être montré : c’est ce qui faisait représentation. Cette prise en compte de la toile jouait sur les effets de rupture entre l’objet plastique réalisé et l’espace dans lequel il se déploie. Autrement dit, j’explorais les possibilités d’expansion de cet espace plastique, de manière à faire entrer l’espace extérieur, l’espace physique, à l’intérieur de l’œuvre. Je considérais – et je considère toujours – la toile dont se sert un artiste, comme un espace symbolique normé, avant même toute intervention et pas seulement comme un objet physique, serait-il même déjà chargé de travail.
Et c’est sur cet espace symbolique, sur cet espace déjà chargé de sens, que j’entendais agir. À la fin des années soixante dix j’ai déplacé le problème en remplaçant le référent espace symbolique normé qu’est la toile (image du tableau) par un autre référent, physique, celui-là : l’espace dans lequel nous vivons, dans lequel nous nous tenons, l’espace tridimensionnel bâti (sol, murs...).
Le travail plastique est donc le résultat du recouvrement réel (échelle 1) d’un espace bâti (ou d’un objet) comportant différents plans qui constituent son volume, puis de la mise à plat d’un seul tenant de ce recouvrement. Cette opération constitue de fait un passage, ou un transfert, des trois dimensions du recouvrement, aux deux dimensions de la mise à plat… Ce transfert, c’est ce que fait depuis toujours la peinture : restituer en deux dimensions les trois dimensions dans lesquelles nous évoluons. (passage du 3D à 2D). Le résultat formel de cette mise à plat (échelle1) résulte d’un plan de coupes avec ses charnières qui maintiennent l’unité. Je cherche mes modèles, dans le bâti, l’architecture…
Et, même si j’inverse la relation entre 3D et 2D, l’espace tridimensionnel produisant le format et les formes de l’œuvre, je ne me pose que des questions de peintre. Je les articule d’une part avec une histoire de la peinture et de l’autre avec un faire. Dans ma pratique, mon corps est en dialogue avec l’espace bâti, il se mesure à lui. L’espace bâti me donne de la mesure. Ça produit de la limite et un objet plastique qui fait image, voire signe. Nos intérieurs, plus largement l’architecture, traversent la peinture comme la traversent d’autres modèles. Ils permettent de mettre en œuvre ses enjeux.
Le modèle que j’ai choisi et le rapport physique que j’entretiens avec lui, fait ma peinture. J’ajoute que le renversement peut aussi se constater dans l’inversion du processus : c’est la toile, se collant d’une manière dynamique et directe sur la réalité du monde, qui va faire représentation et non la réalité qui vient se projeter sur la toile... J’inverse le rapport habituel entre 3D et 2D, j’inverse l’usage de la couleur. Dans l’usage de la couleur, j’ai plusieurs procédures qui me servent à marquer des limites. La couleur se construit en même temps que la forme issue du recouvrement. Mes couleurs sont arbitraires : il n’y a pas de valeur symbolique ni de volonté d’expressivité dans mon emploi de la couleur même si le spectateur, lui, peut y voir ce qu’il veut. Les sols sont laissés le plus souvent non coloré (sinon la couleur de la colle) ils se marquent de l’usage.
En bref, mon rapport à la couleur est fonctionnel: il marque des états.
Max Charvolen, 2018




Galerie Depardieu
6 rue du docteur Jacques Guidoni
06000 Nice
Tel 0 966 890 274
www.galerie-depardieu.com

Du lundi au samedi de 14h30 à 18h30


En savoir plus

Site internet : http://www.galerie-depardieu.com

Infos tourisme : Nice


Notre sélection de restaurants à proximité de Nice

photo restaurant LUNA ROSSA LUNA ROSSA
Adresse : 3, rue chauvain - NICE
Téléphone : (1.35€ par appel et 0.34€ par minute - numéro de mise en relation valable 5 min.)
Le luna rossa est un restaurant à l'accueil et à la cuisine bien du sud, Le chef n'utilise que des produits frais et de saison pour le plus grand plaisir de sa clientèle.
photo restaurant Le Boudoir Le Boudoir
Adresse : 10, rue Chauvain - NICE
Téléphone : (1.35€ par appel et 0.34€ par minute - numéro de mise en relation valable 5 min.)
Situé à proximité du Jardin de l'Armente, Le Boudoir vous ouvre les portes de son univers chic et baroque. Mobilier design, une salle en noir et blanc avec quelques notes prunes, accueil chaleureux : voici un lieu qui saura vous séduire. Dans les ...
photo restaurant L'Horloge L'Horloge
Adresse : 12, avenue Felix Faure - NICE (à 100 m)
Téléphone : (1.35€ par appel et 0.34€ par minute - numéro de mise en relation valable 5 min.)
Idéalement situé au coeur de Nice, sur la place Massena, l'équipe du restaurant de l'Horloge vous invite à vivre un moment d'exception. Dans un univers élégant de boiseries et de voûtes de pierres, vous apprécierez l'atmosphère romantique de cet éta...


Plus de restaurants à Nice



Restaurants dans la région    

Vue mer : crédit photo Aseed