Page des Ventes

Jérôme Robbe Country trash
Du 17 mars 2012 au 15 mai 2012

JÉRÔME ROBBE
Country trash
Du 17 mars au 15 mai 2012, Vernissage samedi 17 mars à partir de 18h

Au travers de son oeuvre, Jérôme Robbe interroge sans trêve les marges et limites du médium pictural au travers d’expérimentations faites de compressions, de miroirs
altérés par d’épaisses couches de laques, de vernis et peintures, mais aussi de figures tout juste esquissées et disparaissant déjà.
En 2011, alors que le Musée d’Art Moderne et d’Art Contemporain de la ville de Nice est rénové, l’artiste décide de récupérer les plaques de marbre de la façade pour les déplacer jusqu’au Musée National Marc Chagall et s’en servir de supports pour son installation monumentale intitulée a:m/P:M. L’oeuvre, large de quinze mètres et longue de vingt-cinq, est contituée de ces vestiges de marbre englués dans plusieurs milliers de litres de peinture à la façon d’une banquise figée au moment de sa fonte ou de restes d’architectures pétrifiés dans une coulée de lave aux couleurs acidulées.
Par ces gestes de déplacements (les marbres du MAMAC greffés à l’architecture extérieure du Musée Chagall ; le médium pictural que l’on regarde généralement à la verticale, transposé à l’horizontale), Jérôme Robbe se joue et renverse les codes de la peinture qui ne se regarde pas, mais se parcourt, se foule du pied, et de la sculpture qui ne s’érige pas mais s’agglomère, s’étend, se tasse, se casse.

Avec l’exposition Contry trash, Robbe réactive cette installation en la déplaçant et la malmenant une nouvelle fois ; ainsi, l’étendue figée faite de peinture et de marbre d’a:m/P:M est détachée, arrachée presque, du sol du Musée Chagall, pour être ensuite débitée en bandes installées au sein d’un immense dévidoir en acier et vendue « au mètre » dans les locaux de l’Espace A VENDRE. En migrant une nouvelle fois, l’oeuvre change d’échelle et semble ironiquement revenir vers des modes de montration plus traditionnels, chaque morceau découpé occupant en effet une surface de 1,10 x 1,10 m et étant fixé au mur à l’aide d’oeillères. En vendant presque littéralement sa peinture « au kilomètre », Jérôme Robbe dresse ici une cartographie déconstructive et malléable de la peinture qui passe ici sous silence ses propriétés purement figuratives.

Laisser un commentaire

Météo

  • Lundi 02 août 2021, Bonne Fête Alphonse
Aujourd'hui
Lever du Soleil
06:23
Coucher du soleil à
20:50

Photo de la semaine

Escapades

Newsletter

Pin It on Pinterest

Share This

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visites. Plus d’informations

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visites. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse, qui peuvent combiner celles-ci avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées lors de votre utilisation de leurs services.

Fermer