Page des Ventes

Exposition « La Basilique Saint-Michel »

Le service du Patrimoine de Menton vous invite à (re)découvrir, à l’occasion de cette exposition, l’histoire et les secrets de l’un des édifices les plus emblématiques de la ville : la Basilique Saint-Michel. Une occasion de vous intéresser à la grande aventure de la construction de cette église majestueuse devenue Basilique, témoignant de l’âge d’or du baroque, indéfectible symbole de l’identité mentonnaise.

Au sommet des rampes, la Basilique domine la baie de Menton. La masse imposante de cet édifice de style baroque génois renvoie le croyant à sa condition de pécheur face à la puissance divine.

L’église, qui a obtenu en 2000 le titre de Basilique, n’est pas le premier édifice religieux de la cité mentonnaise. La première chapelle est mentionnée dans un acte de 1302 et est déjà placée sous le vocable de Saint-Michel. Durant la période médiévale, l’église assume plusieurs rôles et orchestre toute la vie des Mentonnais (siège des réunions publiques, lieu de sépulture des seigneurs et des plus aisés…).

Le règne d’Honoré II, premier Prince de Monaco fait souffler un vent de nouveauté et de dynamisme sur l’ancienne bourgade médiévale qu’est Menton et entraîne un important développement urbain avec l’éclatement des anciens remparts. Cela se traduit par l’édification de la nouvelle église, dont le maître d’oeuvre est Laurent Lavagna, constructeur de l’église de l’Annunziata de Gênes, dont il s’inspire. La pose de la première pierre a lieu le 27 mai 1619. En 1625, les conseillers lèvent des impôts exceptionnels pour financer cette construction mais en 1640, les travaux prennent du retard. Ils infligent alors un impôt de 1/40e des revenus des récoltes de citrons, de vin et d’huile et ce, pendant vingt ans ! Les Mentonnais ont dû fournir un effort considérable et ont de ce fait, participé activement à l’élévation de leur nouveau lieu de culte.

Même si l’église n’est pas achevée, elle est tout de même ouverte au culte en 1653 et consacrée en 1675 par Monseigneur Maur de Promontorio, évêque de Vintimille, en présence du prince Louis Ier de Monaco.

Au début du XVIIIème siècle, le clocher est édifié par Emmanuel Cantone, architecte monégasque. Il remplace l’ancien jugé trop modeste, la « Tour de l’Horloge », qui avait été partiellement démoli. Celui qui sera nommé le « Campanin », tant aimé des Mentonnais, devient un élément indissociable de la vieille ville. Ce clocher haut de 53 mètres avec son architecture de style baroque génois et son dôme recouvert de tuiles vernissées se dresse fièrement dans les hauteurs du Vieux-Menton.

La façade et le parvis sont les derniers éléments du décor qui ont été conçus, au début du XVIIIème siècle. Ils forment un ensemble harmonieux qui illustre la grandiloquence du baroque, son aspect spectaculaire et provoque l’émerveillement des visiteurs.

Cette exposition vous fait parcourir l’intérieur de l’édifice, afin de vous faire ressentir l’atmosphère envoûtante qui émane du lieu. La Basilique, qui ne dispose pas de grandes baies vitrées possède de petites lucarnes à la naissance de la voûte, qui crée une lumière presque irréelle et invite le fidèle à se rapprocher de Dieu. D’autres éléments décoratifs tels que le décor plafonnant de Guillaume Cerutti-Maori, les tentures en damas de Gênes couleur amarante, le maître-autel en marqueterie de marbres polychromes, le retable du peintre monégasque Antonio Manchello ou le buffet d’orgues classé Monument Historique, participent à la richesse de ce bâtiment.

Enfin, les différentes chapelles vous dévoilent leur histoire et leur superbe. Pour la plupart chapelles funéraires, elles ont été concédées à de riches familles mentonnaises. Quelques-unes abritent de magnifiques retables du grand artiste génois Orazio de Ferrari, d’autres présentent de belles sculptures, dont une en marbre de Carrare ou assument des décors plafonnant, composés de dorures ou en trompe-l’oeil.

La dernière partie de l’exposition est consacrée aux sacristies. De l’une d’entre elles, ornée de boiseries, partent deux escaliers dérobés. Celle appelée la sacristie espagnole possède de magnifiques objets liturgiques, dont une croix processionnelle en nacre montée sur une lance turque prise à la bataille de Lépante par Horace Pretti de Saint Ambroise, en 1571. Parmi les objets les plus anciens, les plus précieux, on peut également citer le plat en étain aux Armes des Vento, premiers seigneurs de Menton, datant de 1617, de magnifiques bustes reliquaires en bois doré, aux yeux émaillés à l’italienne et des vêtements liturgiques.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Météo

  • Samedi 17 novembre 2018, Bonne Fête Elisabeth
Aujourd'hui
Lever du Soleil
07:31
Coucher du soleil à
17:00

Photo de la semaine

Escapades

Newsletter

Pin It on Pinterest

Share This

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visites. Plus d’informations

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visites. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse, qui peuvent combiner celles-ci avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées lors de votre utilisation de leurs services.

Fermer