Page des Ventes

Kees Van Dongen, L’Atelier

Un accrochage des oeuvres majeures de Van Dongen faisant partie des collections du NMNM

Tango ou le Tango de l'archangeL’accrochage des oeuvres de Van Dongen proposé aujourd’hui au rez-de-chaussée de la Villa Sauber part d’une volonté du NMNM de mieux faire connaître ses collections, au-delà de sa politique d’expositions.

Le NMNM a hérité des fonds, régulièrement valorisés au sein de la programmation, de l’ancien Musée des Beaux-Arts de Monaco (1935-1958), du dépôt permanent des costumes de scène et des maquettes de décor de la Société des Bains de Mer et de la collection Galéa. Le musée poursuit également une politique d’acquisition d’oeuvres d’art historiques et contemporaines en fonction de ce patrimoine.

Les chefs-d’oeuvre de Van Dongen, qui vécut à Monaco entre 1949 et sa disparition en 1968, ont été acquis par la Principauté entre 2004 et 2008 auprès de sa famille. Des oeuvres dont l’artiste ne s’était jamais séparé et qui l’ont côtoyé au fil de ses vagabondages, d’atelier en atelier, preuve de l’attachement qu’il y portait.

Kees Van Dongen, L’Atelier n’a pas l’ambition des grandes rétrospectives organisées ces dernières années, mais tente une vision plus intimiste, restitue aux oeuvres le contexte de leur création dans les univers de l’artiste, de Montmartre à Montparnasse.

De la Chimère-Pie, oeuvre de jeunesse magistrale exécutée dans la malterie familiale des faubourgs de Rotterdam, à la période fauve dont il conserva l’exacerbation de la couleur et le parfum du scandale, au chroniqueur du Tout-Paris et d’une certaine Avant-garde, jusqu’aux oeuvres plus tardives, Kees Van Dongen traverse les courants du haut de sa superbe ironie et de son humour non dénué de cynisme. Toiles retirées des Salons par la police, critiques acerbes, accueils agressifs (comme en témoigne le coup de couteau encore visible sur l’Enlèvement), Van Dongen ne laissera jamais indifférent !

Les photographies des ateliers permettent de jeter un regard sur l’évolution des oeuvres que le peintre a été souvent tenté de reprendre, de retoucher, de transformer, selon l’évolution de son tempérament. Certaines dates données sur les cartels donnent ainsi des fourchettes chronologiques d’exécution. Pour exemple, le Tango ou le Tango de l’archange a été peint entre 1923 et 1935.

Ce fonds -qui resterait évidemment à compléter pour constituer un véritable parcours de référence- demeure néanmoins fondamental, permet de naviguer dans l’oeuvre, et a été montré dans les dernières grandes expositions organisées à Monaco, Montréal, Barcelone, Rotterdam et Paris ces quatre dernières années.

Kees Van Dongen, L’Atelier a été réalisée avec le soutien du Gouvernement Princier, de l’Association des Amis du Nouveau Musée National de Monaco et de UBS S.A.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Météo

  • Jeudi 15 novembre 2018, Bonne Fête Albert
Aujourd'hui
Lever du Soleil
07:28
Coucher du soleil à
17:02

Photo de la semaine

Escapades

Newsletter

Pin It on Pinterest

Share This

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visites. Plus d’informations

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visites. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse, qui peuvent combiner celles-ci avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées lors de votre utilisation de leurs services.

Fermer