Page des Ventes

Rouge et Or

Un an après son ouverture au public, 100 000 visiteurs ont découvert l’accrochage inaugural du musée Jean Cocteau collection Séverin Wunderman de Menton.
Le 1er décembre 2012, une nouvelle exposition des collections, consacrée au théâtre de Jean Cocteau, sera inaugurée.

##PHOTO1##Cette nouvelle exposition met en lumière une scène envisagée comme le lieu privilégié de rencontre du poète avec son public, dans sa recherche d’un théâtre moderne et populaire mêlant tragédie, comédie, vaudeville et boulevard.

Cette tentative périlleuse de mélange des genres constitue l’enjeu principal des pièces de Cocteau, qui travaille à la manière d’un acrobate sans filet : « J’ai reçu la leçon d’un jeune acrobate américain, Vanden Clyde. Sous le pseudonyme de Barbette et travesti en femme il exécutait au « Casino de Paris » des exercices de trapèze. Il se balançait sur le public, sur la mort, sur le ridicule, sur l’inconvenance, sur le scandale sans tomber. »

L’univers du théâtre représente pour Cocteau un vaste champ expérimental de déconstruction de l’espace et du temps, au service de la rencontre avec l’inconnu.

Par le biais de l’anachronisme et du raccourci, de l’absurde et de l’humour, les pièces de Cocteau déroulent sous nos yeux le mystère de la poésie, usant de ce « réalisme irréel » qu’il poursuit dans l’ensemble de son oeuvre.

Ville de MentonEn effet, les dispositifs scéniques élaborés par l’auteur donnent à voir toutes sortes d’événements magiques ou relevant du surnaturel. Rejetant les règles de vraisemblance, il élabore une nouvelle poésie de théâtre, qui se manifeste dans les oeuvres écrites pour la scène, mais aussi dans les nombreux dessins et maquettes, conservés dans les collections du musée Jean Cocteau collection Séverin Wunderman.

Au travers de dessins, d’accessoires, de photographies et de documents d’époque, mais aussi d’extraits de films, la thématique Rouge et Or permet de découvrir les coulisses d’une oeuvre en élaboration, et de retrouver les grands interprètes du théâtre de Jean Cocteau, Genica Athanasiou, Berthe Bovy, Édith Piaf, Jeanne Moreau, mais encore Edwige Feuillère, Yvonne de Bray, Maria Casarès et bien entendu Jean Marais.

L’exposition s’articulera autour de six séquences : Le mal rouge et or, Vers une poésie de théâtre, Les nouveaux monstres sacrés, La tragédie revisitée, Mettre en scène l’invisible, Le cinéma de théâtre.

Le dimanche 2 décembre, l’entrée du musée sera gratuite et permettra ainsi à tous de découvrir ce nouvel accrochage.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Météo

  • Mardi 20 novembre 2018, Bonne Fête Edmond
Aujourd'hui
Lever du Soleil
07:35
Coucher du soleil à
16:57

Photo de la semaine

Escapades

Newsletter

Pin It on Pinterest

Share This

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visites. Plus d’informations

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visites. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse, qui peuvent combiner celles-ci avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées lors de votre utilisation de leurs services.

Fermer